Pages

mercredi 4 juin 2014

D...

comme DROGUETIER.
En lisant la première fois ce terme j'ai pensé au droguiste. Mais le droguetier est le fabricant de droguet. C'est une étoffe grossière faite de laine bon marché ou généralement de serge moitié fil, moitié laine, formant une sorte de drap mince et étroit appelé furetière. Les droguetiers fabriquaient aussi une étoffe de laine sur fil appelé tiretaine. Elle deviendra plus tard une étoffe (de laine et coton, coton et soie ou de soie) ornée de dessins brochés passant à l'envers d'un dessin à l'autre sans être tissés dans le fond de l'étoffe.
Son étymologie reste obscure. Ce terme semble dater du XVIe d'après le sens figuré de drogue "chose sans valeur".
Le droguet pourrait être l'ancêtre de notre jean...
Pierre Bisleau, né vers 1638 et décédé en 1710 à Chanteloup dans les Deux-Sèvres est à l'origine d'une descendance de droguetiers comme lui. Ses fils seront droguetiers ou bien meuniers, ses petits-fils aussi. Plusieurs familles de cette commune exercent le même métier. Il est difficile d'en faire une étude plus approfondie car beaucoup de registres ont disparu lors des guerres de Vendée. D'après l'enquête diligentée par le contrôleur général Desmarets sur l'état de l'industrie textile en France à la fin du XVIIe, la commune de Chanteloup et douze autres communes alentours comprenaient cinquante fabricants qui tissaient des tiretaines mêlées de première qualité.
A cette époque, la fabrication textile était très règlementée. Chaque pays et chaque région possédaient son type de droguet, ce qui permettait de reconnaître son origine immédiatement.
"Les droguets s'emploient ordinairement à faire des surtouts, justaucorps, vestes et culottes. Il n'y a que les espagnolettes de Rouen et de Darnetal dont l'usage ordinaire soit pour faire des doublures, des chemisettes, caleçons, jupons, et autres semblables vêtements, pour se garantir du froid".  (dictionnaire portatif de commerce de 1709).
Il n'était pas question non plus de concurrence déloyale :"En temps de paix, la France tire de la Hollande et d'Angleterre quantité de droguets non croisés tout de laine fine, ordinairement drapés, qui sont très beaux et très estimés". (dictionnaire universel de commerce de 1648).
Voici pour le Poitou : "l'arrêt du Conseil d'état du Roi du 13 novembre 1698, portant règlement pour les manufactures de la province de Poitou, parmi les 33 articles dont il est composé, en a 6 qui règlent les longueurs et les largeurs des différents droguets qui se fabriquent dans cette province".
L'ouvrage du contrôleur Desmarets donne les définitions suivantes :
Droguet :"ratine ou serge de laine et fil ou entièrement de laine, en général de bas prix, mince et étroite. Les droguets sont d'espèces assez variées ; ainsi celui qui était "de Hollande" était fin et drapé"
Tiretaine : "droguet grossier de fil et de laine".
Dans le canton de Chanteloup on fabriquait donc un droguet grossier mais de première qualité...
 



1 commentaire:

  1. J'ai, pareillement, pensé à une personne tenant une droguerie.

    RépondreSupprimer