Pages

vendredi 30 novembre 2018

Z comme ZODIAQUE

Le mot zodiaque signifie littéralement « chemin des animaux ». Ce qu’on appelle les signes du zodiaque sont des périodes d’environ 30 jours divisant l’année solaire : Bélier, Taureau, Gémeaux … Si le signe du Bélier commence par convention à l’instant de l’équinoxe de printemps c'est que l'on a gardé à cette période de 30 jours  le nom de la constellation où se trouvait le soleil il y a 2000 ans (lors du développement de l’astrologie).
Ainsi, tout au long du Moyen Âge, les signes zodiacaux parsèment bon nombre de calendriers insérés dans les manuscrits liturgiques tel le calendrier des Bergers. Le temps est représenté par les saisons associées aux douze signes. Ces derniers conjuguent les rythmes terrestres, liturgiques et célestes.
Les saints du calendrier se rapprochent eux aussi des signes du zodiaque. Chacun des animaux symbolisant les quatre Évangiles marquent le mois central d'une saison. Le taureau de Saint-Luc pour le printemps, le lion de Saint-Marc pour l'été, l'aigle de Saint-Jean équivalent du scorpion pour l'automne et l'ange de Saint-Mathieu qui remplace le verseau pour l'hiver.  Il serait difficile de tous les nommer car la liste est longue et ceux qui furent en charge de la répartition des saints sur le cycle annuel ont du jouer de beaucoup de subtilité. Pour exemple, le lendemain du solstice d'été, c'est à dire à l'entrée du signe du cancer, on trouve la Saint-Alban martyr en Angleterre, dont le nom signifie blanc. Or cette couleur est associée à la lune qui gouverne astrologiquement le cancer.


Calendrier du livre d'Heures dit "de Grey", Flandres, XVe s.

jeudi 29 novembre 2018

Y comme Y'A URGENCE LE TEMPS PRESSE

Le temps génère des dizaines d'expressions que nous utilisons au quotidien. Aujourd'hui le temps presse et perdre son temps est mal vu. A croire que si l'on n'a jamais le temps de rien, il nous en restera toujours pour dire qu'on en aura pas assez...
Nous n'avons plus le temps, mais ce mois ci en un rien de temps chacun des "challengeurs" a pris son temps afin de délivrer à temps son article du jour. Demain le challenge aura fait son temps et nous aurons enfin le temps de lire en temps utile les articles de nos condisciples. Nous pourrons alors prendre notre temps et passer le plus clair de notre temps à ne pas courir après le temps et pourquoi pas à tuer le temps ? Nous pourrons remettre aux calendes grecques bien des choses, faire tout ce qui peut attendre quand les poules auront des dents ou tout remettre à la semaine des quatre jeudis, à moins que ce ne soit à la Saint-Glinglin. Par les temps qui courent c'est assez rare... Avec le temps nos activités vont reprendre leur rythme quotidien et j'espère bien que nous nous retrouvons sur nos blogs respectifs un de ces quatre mais sans attendre la nuit des temps...

mercredi 28 novembre 2018

X comme du XVe au XXe : LES HORLOGES

A partir de la fin du Moyen-Age, la notion de temps évolue, les instruments de mesure se multiplient et deviennent de plus en plus précis. 
Au XVe siècle, on trouve dans les familles fortunées des horloges de chambre et de maison puis à la fin du siècle on réalise les premières montres que ne peuvent utiliser que les rois et les princes.
Au XVIe siècle, les quarts d'heures apparaissent sur les cadrans d'horloge qui n'ont encore qu'une seule aiguille. A la fin du XVIIe siècle, ce sont les minutes qui apparaissent sur les cadrans.
Au XVIIIe siècle des horloges plus populaires sont produites : les horloges de parquet. On les trouve dans la plupart des foyers, ce sont les comtoises de Bourgogne, les lanternes de Bretagne ou bien les "Forêt-Noire" allemandes plus communément nommées "coucou". On trouve aussi dans les maisons le "cartel" ou horloge décorative que l'on accroche au mur. Les pendules de cheminée apparaissent également. Destinées à être posées, leur mécanisme est réglé par un pendule appelé balancier. Ces pendules auront un grand succès dans les milieux bourgeois au XIXe siècle, devenant ainsi un élément décoratif.
Au XIXe siècle, l'aiguille des minutes est généralisée et le sablier cesse d'être utilisé pour mesurer les durées. C'est aussi la création de la montre-bracelet qui remplace les montres à gousset jusque là portées par les hommes. Elle ne se répandra cependant qu'à partir du XXe siècle. Ce dernier verra la création des horloges à régulation électrique plus précises que les mécaniques, puis des horloges et montres à quartz.

Horloge murale en bois peint vers 1830 - Musée Deutsches-Uhrenmuseum
(la première girafe arriva en Europe en 1827)


mardi 27 novembre 2018

W comme WEEK-END

Le dimanche est jour chômé dès le Moyen-Age. Ce jour là chacun doit s'arrêter de travailler afin de participer aux offices. Malgré tout il est difficile d'empêcher les paysans d'effectuer le dimanche après-midi des travaux urgents tels que rentrer les foins quand des intempéries menacent. Sous l'Ancien Régime le dimanche devient aussi synonyme de fête et de loisirs à la campagne comme à la ville.
En supprimant le calendrier grégorien les révolutionnaires tentent aussi de supprimer le repos dominical trop lié à la religion, les citoyens sont libres de choisir leur jour de repos. Dès 1806 le repos dominical revient avec le calendrier grégorien, cependant Napoléon Ier refuse d'imposer le dimanche.
Au cours du XIXe siècle, révolution industrielle oblige, et ce durant quelques décennies, on travaille sept jours sur sept malgré quelques tentatives d'interdiction de toute activité ce jour-là. Un mouvement ouvrier se met petit à petit en marche, et les partisans du repos dominical se mobilisent. En 1906 une loi établit le repos du dimanche pour les ouvriers et les employés avec cependant de nombreuses dérogations. Le samedi après-midi puis toute la journée du samedi viendront progressivement s'ajouter au dimanche afin de former le week-end.


lundi 26 novembre 2018

V comme VACANCES

Si le mot vacance est ancien, les vacances elles ne le sont pas. Synonyme d'oisiveté elles n'avaient pas bonne réputation dans la société chrétienne française d'autrefois : si l'on n'étudiait pas, on priait et si l'on ne priait pas, on travaillait.
C'est l'école qui la première rythma les congés d'été : l'enseignement primaire qui se généralise au fil du XIXe siècle va devenir gratuit et obligatoire en 1881. Le vacances estivales s'allongent de six semaines en 1834, huit en 1891 et jusqu'à dix semaines en 1912.
Peu à peu la nécessité pour les enfants d'aider aux travaux des champs est remplacée par le souci de la santé, le repos et l'encadrement des écoliers. Les colonies de vacances apparaissent au début du XXe siècle et les enfants deviennent les pionniers des vacances populaires.
Pour les adultes la régulation du temps de travail fait débat. En 1936 deux semaines de congés payés sont octroyées à l'ensemble des salariés. En 1956 une troisième semaine est ajoutée, puis une quatrième en 1969. L'élévation du niveau de vie, le développement des structures d'accueil et celui de l'automobile ouvriront la voie au tourisme estival.

samedi 24 novembre 2018

U comme UTILISATION de la CLOCHE

L'utilisation de la cloche dans les villages et les villes remonte au VIe siècle avec la règle de Saint-Benoit qui impose la nécessité d'annoncer les offices par un signal sonore. Lors du Concile de 801, les sonneries horaires sont rendues obligatoires, les monastères se multiplient puis les églises s'implantent dans les bourgs et l'usage des cloches se propage. Elles sonnent au moment des prières et permettent en raison de leurs sons la communication auditive de l'heure, mais elles sonnent également les messes dominicales, les fêtes patronales et les appels aux cérémonies. Peu à peu elles vont réguler la vie sociale par des appels laïcs. Pour ponctuer le temps de travail des paysans dans les campagnes (aurore, midi, couvre-feu que l'on nommait le "bonsoir") ; pour prévenir la population d’événements particuliers, attaques, incendies, inondations... (le tocsin sonne en cas de danger) ; pour demander le rassemblement de la population ; pour annoncer l'ouverture et la fermeture des portes de la ville, des marchés.
L'Angélus est l'exemple le plus connu et perdure encore. Chaque jour à 6 heures, à midi et à 18 heures les cloches sonnent trois fois trois coups, suivis d'une sonnerie en volée et appellent les paroissiens à la prière.
Au fil du temps, la cloche rythmera aussi les horaires de travail dans les usines et les manufactures et cédera plus tard sa place aux alarmes.

l'Angélus de Millet 1858

vendredi 23 novembre 2018

T comme TROPIQUE

L'année tropique est aussi appelée année des saisons ou année solaire. C'est la durée que met la Terre pour faire un tour complet autour du Soleil d'une équinoxe de printemps à l'autre. Cette durée raccourcit de 5 secondes tous les 1000 ans. Elle a été choisie contrairement à l'année lunaire qui au bout de trois ans perd près de 33 jours par rapport à l'année solaire.
Elle est marquée par le solstice d’hiver et le solstice d'été qui sont les deux périodes de l'année durant lesquelles la différence entre le jour et le nuit est la plus grande ; et par l'équinoxe de printemps et l'équinoxe d'automne, périodes où le jour et la nuit sont d'égale longueur, solstices et équinoxes déterminant les saisons. 
Dicté par des considérations sociales, culturelles et surtout religieuses, notre calendrier a adopté l'année tropique car les saisons reviennent à la même date chaque année. Le calendrier chinois utilise l'année sidérale car il se cale sur le mouvement des astres dans le zodiaque. L'année draconitique sert pour déterminer la périodicité des éclipses de Soleil. Les calendriers lunaires quant à eux privilégient une approximation des mois sur les lunaisons et sont indépendants du mouvement de la Terre autour du Soleil.