Pages

lundi 4 août 2014

NECROPOLE NOTRE-DAME DE LORETTE

Henri Louis TAVARD est le premier époux de mon arrière-grand-mère Aminthe BENOIST. Originaires des Deux-Sèvres ils se marient en 1909 et un fils nait en 1913. En août 1914 Henri est mobilisé et rejoint le 1er octobre le 114e régiment d'infanterie qui se trouve alors dans la Marne entre Reims et Châlons-en-Champagne. La guerre sera pour lui très brève puisqu'il décède le 6 novembre de la même année à Vlamertinge près d'Ypres en Belgique. Son épouse, veuve avec un jeune enfant se remarie  en 1917 avec Alexis TAVARD, mon arrière-grand-père, cousin germain de son premier époux.
La sépulture d'Henri se trouve à Notre-Dame-de-Lorette près d'Arras bien loin de chez lui.
La nécropole de Notre-Dame-de-Lorette est située sur le territoire de la commune d'Ablain-Saint-Nazaire. Elle a été créée sur le site de l'ancien oratoire du XVIIIème siècle, fondé par un peintre du village après son retour de pèlerinage à Lorette en Italie, sur une colline de 165 m où les batailles qui se déroulèrent d'octobre 1914 à octobre 1915 firent 100 000 morts et autant de blessés.
Le cimetière créé en 1915 fut agrandi puis il reçut les années suivantes les corps de soldats français provenant de plus de 150 cimetières des fronts de l'Artois, de l'Yser et du littoral belge. C'est un décret présidentiel du 16 janvier 1924 qui décida la réalisation de ce vaste ensemble, le plus vaste des cimetières militaires français : 40 058 corps y reposent dans des tombes individuelles et dans sept ossuaires.
Sa surface est de 25 hectares. Deux grandes allées, bordées par les rangs de tombes individuelles forment, en se croisant, une vaste esplanade, vouée aux célébrations.
De part et d'autre, deux imposants monuments : la tour-lanterne abrite une crypte ayant recueilli les corps de plusieurs milliers de soldats non identifiés, et la chapelle.
Le 16 juillet 1950, sur l'initiative de l'association "Les Fils des Tués", eut lieu dans la crypte, en présence de Guy Mollet et de Louis Jacquinot, ministre des anciens combattants, l'inhumation du "Soldat inconnu de 1939-1945". Puis, en 1955, la crypte recueillit les cendres de déportés disparus dans les camps nazis.
Elle abrite également le corps du Soldat inconnu de la guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie et celui du Soldat inconnu de la guerre d'Indochine
La Garde d'honneur assure bénévolement un service d'accueil et de présence à la tour-lanterne auprès des visiteurs et lors des cérémonies, et ranime la flamme chaque dimanche. Si vous recherchez une tombe, les membres de la Garde d'honneur peuvent vous indiquer son emplacement grâce à un listing et à un plan dans la tour-lanterne.

La chapelle et la tour-lanterne

 
 

1 commentaire:

  1. Merci pour ces informations sur ce lieu que j'ai visité plusieurs fois, la dernière il y avait des travaux en vue du centenaire.

    RépondreSupprimer