Pages

lundi 14 juillet 2014

RECHERCHES GENEALOGIQUES AU PORTUGAL VIA LE WEB

L'accès par internet aux registres paroissiaux portugais n'a rien à envier aux français. Ils remontent très fréquemment au milieu du XVIe et sont rédigés en portugais. Officiellement, c'est par la loi promulguée le 7 décembre 1352, que le roi Alphonse IV demande aux évêques du royaume d'enregistrer les mariages. Mais la tenue des registres ne se fait d'une manière régulière et systématique que deux siècles plus tard. On trouve facilement des registres qui remontent à la fin du XVIe. 
Dans les registres paroissiaux de baptêmes "nascimentos" on trouve le prénom de l'enfant, les noms et prénoms de ses parents et leur lieu d'habitation "lugar", l'identité des grands-parents (au XVIIIe et XIXe), le nom des parrain et marraine (qui donnent rarement une filiation avec l'enfant) et les témoins. Il y a très peu d'indication sur les professions. Seul figure dans la marge le prénom de l'enfant. Dans les communes importantes à la fin du XIXe il faut alors rechercher dans le corps de l'acte les patronymes, cela peut s'avérer très long quand on consulte un registre comportant 300 pages pour une seule année !
Les actes de mariages "casamentos" indiquent l'identité des mariés et de leurs parents ainsi que leur domicile et leurs témoins. Dans les actes plus anciens, on ne trouve pas toujours l'identité des parents : la recherche va alors être plus difficile puisque les patronymes peuvent être différents entre parents et enfants.
Le mariage ne s'effectue pas traditionnellement comme en France dans la paroisse de la mariée. Il est nécessaire de s'équiper d'une carte du Portugal afin de retrouver les différentes paroisses inscrites sur l'acte car il arrive que les parents des époux vivent dans deux paroisses différentes. Pour ma part j'utilise la carte IGN Portugal qui comporte toutes ces petites "freguesias".
Les actes de décès "obitos" sont succincts. En général on trouve bien sûr l'identité du défunt et celles des parents si ce dernier est un enfant mineur ou une jeune femme non mariée. Quand le défunt est marié ou veuf on peut trouver le nom de son conjoint avec mention du veuvage, mais ce n'est pas systématique. L'âge au décès est aussi très rarement indiqué, il est encore plus rare de trouver la paroisse d'origine du défunt. Ces actes sont ceux qui apportent le moins de renseignements.
Une autre particularité des actes portugais au XVIe et début XVIIe est l'abréviation des noms et prénoms, ainsi que de certains mots. Ce n'est pas toujours facile de déchiffrer ce qui a été noté.
 

"A été baptisée Catharina fille de Thomé da Rocha et de sa femme Brites de Leao, les témoins sont Manoël Coelho et Hiéronima de Morais fille de Francisco Barboza, le 6 mai 1657" ( en marge le prénom abrégé)

On trouve actuellement de nombreux registres sur internet. Le site Etombo répertorie et regroupe tous les registres paroissiaux qui sont numérisés et indique quotidiennement les nouveaux registres. Ce site a du être refondu et ne propose plus l'accès direct aux registres, néanmoins il vous guide jusqu'aux registres de la paroisse :  http://tombo.pt/
Voici le découpage administratif au Portugal pour des recherches.
- le "distrito" est plus ou moins notre département, il porte le nom de sa capitale, ils sont au nombre de 20.
- le "concelho" est le canton et peut comporter un nombre très variable de paroisses.
- puis vient la paroisse "freguesia" qui est le sous-découpage de la commune moderne "municipio" (ce terme n'apparait pas dans les registres paroissiaux).
Cette paroisse correspond aux villages et aux paroisses des grands villes. Très souvent la mention du saint-patron de la paroisse précède le nom de cette dernière, nécessaire quand la paroisse recherchée comporte plusieurs anciennes paroisses : ex : dans le distrito de Braga, concelho de Guimaraes il y a Sao Clemente de Sande, Sao Martinho de Sande et Sao Lourenço de Sande donc 3 paroisses différentes sans compter Villa Nova de Sande, toutes sont voisines. Peu de paroisses ont changé de nom, c'est généralement indiqué entre parenthèse sur une carte.
- on trouve ensuite dans les actes le "lugar" que l'on peut définir par le quartier où demeurent les parents, époux ou témoins.
Attention pour un même "distrito" on peut trouver plusieurs paroisses portant le même nom, il est nécessaire de connaître alors le canton ou bien le saint-patron.
Afin de rechercher un lieu on peut utiliser le site http://mapas.igeo.pt/ , en cliquant sur Mapas interativos les contours des différents découpages sélectionnés apparaissent.
Sur le site http://dgterritorio.pt/ on pourra consulter le cadastre rural un équivalent de notre cadastre napoléonien.
 
 


5 commentaires:

  1. Très intéressant. Par contre, y aurait-il un site en particulier où l'on peut se diriger ensuite vers les archives du district comme ici les archives départementales ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous allez sur le site Etombo où vous trouverez les "distritos". Vous cliquez sur celui qui vous intéresse et apparaitra la liste des "concelhos", cliquez de nouveau sur celui que vous souhaitez trouver, une nouvelle page apparait avec les liens directs vers les registres. Avec ce site il n'est généralement pas nécessaire de passer par les sites des "arquivo distrital" (plus ou moins les AD françaises) pour consulter un registre.

      Supprimer
  2. N'hésitez pas à me contacter si vous effectuez des recherches avec Etombo et si vous avez d'autres questions.

    RépondreSupprimer
  3. les grands parents de mon mari sont portugais et jusqu'à présent cela m'avait dérouté et je n'ai pas beaucoup cherché de ce coté là, mais ton article va peut-être me donner envie d'aller voir de ce coté là.. merci encore.

    RépondreSupprimer