Pages

vendredi 20 mars 2015

AU FIL DE MES LECTURES : CES NOMS QUI SONT LES MIENS

CES NOMS QUI SONT LES MIENS - MARTINE DELERM



"Chosson. Avant Delerm. Je suis née Chosson, Chosson et Petit. Chosson et Huguet, Terreyre et Faye. Je suis née protégée de trois grands-parents et d'une arrière-grand-mère. Avant : rien. Le néant.
Côté souvenirs, la malle est légère. Une nappe chiffrée, un chemisier de dentelle, un bout de ruban, un cahier de chansons, quelques cartes postales... Et puis : rien. Le néant.
Naître avec un seul nom, trop peu de noms, naître sans grenier. C'est cela la première pauvreté.
Alors j'ai voulu savoir ce que je savais déjà, que tout un monde vibrait en moi, un peuple de paysans, d'artisans. Une petite foule immense. Couleur de terre. Une petite foule d'oubliés, d'effacés dont les os depuis longtemps délités ont nourri les récoltes humaines."

"Ces jours-ci sort mon dernier livre. Le récit, comme un journal intime, des premiers moments d'une quête généalogique. La découverte d'un livret de famille déchiré, recollé offre soudain une vérité nouvelle et éclaire une arrière-grand-mère d'une autre lumière. Juste de quoi prendre brutalement conscience qu'on ne sait rien de ceux qui vous ont précédée. Alors commence la quête, l'enquête, longue patience et un à un ceux que l'on croyait effacés à jamais viennent se glisser dans votre vie. C'est cette aventure immobile, fragile et violente que j'ai voulu mettre en mots dans "Ces noms qui sont les miens". Les dire en me disant, les trouver en me trouvant." M. Delerm - février 2011


A travers cet ouvrage, Martine Delerm nous emmène dans le sud du Puy de Dôme vers Novacelles.
Elle se rend sur place à la recherche de ses ancêtres, de leurs maisons, de leurs tombes, des paysages qui les ont vu vivre, et à partir de quelques noms et prénoms, de quelques dates et de rares documents, elle leur redonne un peu d'humanité en les imaginant.
Cet ouvrage nous transporte dans un passé récent où l'on devine des vies immuables, des vies paysannes à la dure, l'omniprésence de la mort, des vies d'immigrés à Paris et à Saint-Mandé.
Ce passé commun à beaucoup d'entre nous, nous permet de rêver, d'inventer ces vies et peut-être aussi de nous trouver et de nous réconcilier avec nous-mêmes. Et si nous partions sur leurs traces nous aussi et laissions pour un moment nos recherches à distance ?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire