Pages

jeudi 23 avril 2015

AU FIL DE MES LECTURES : CERTAINES N'AVAIENT JAMAIS VU LA MER

CERTAINES N'AVAIENT JAMAIS VU LA MER - Julie OTSUKA


 "Ces Japonaises ont tout abandonné au début du XX e siècle pour épouser aux États-Unis, sur la foi d'un portrait, un inconnu. Celui dont elles ont tant rêvé, qui va tant les décevoir. Chœur vibrant, leurs voix s'élèvent pour raconter l'exil : la nuit de noces, les journées aux champs, la langue revêche, l'humiliation, les joies aussi. Puis le silence de la guerre. Et l'oubli. D'une écriture incantatoire, Julie Otsuka redonne chair à ces héroïnes anonymes dans une mosaïque de la mémoire éblouissante. Un roman bouleversant. Traduit de l'anglais (États-Unis) par Carine Chichereau"

On découvre au travers de ce roman un pan de l'Histoire peu connu : l'envoi de jeunes filles japonaises aux Etats-Unis par le biais de l'immigration officielle, sous couvert de mariage de femmes japonaises pour servir de main d'œuvre dans les champs et de domestiques, entre les deux guerres mondiales !
Comme souvent, on leur a promis la lune : l'Amérique leur offrira tout. Elles partent avec, pour seul bagage, leur kimono. Une photo du futur époux - un japonais ayant émigré depuis plus longtemps - leur permettra de le reconnaître. Mais bien évidemment, la réalité est tout autre.
Ces femmes trahies par leur futur époux et par leur pays "d'accueil", par absence de choix et de moyens, par honte, tairont à leur famille restée au pays les conditions misérables dans lesquelles elles vivent. Dans ce nouveau pays, elles perdront tout, leur vertu, leur dignité, jusqu'à leur culture.
C'est un très beau roman de l'exil et de destinées collectives.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire