Pages

jeudi 9 avril 2015

JUIN 1660 : UN SEISME ET UN MARIAGE ROYAL

Les registres paroissiaux comportent de temps à autre des mentions qui relatent la vie de la paroisse ou les évènements particuliers qui ont bouleversé la routine quotidienne de la commune. Peut-être en avez-vous rencontré à la date du 21 juin 1660.
Ce jour là se produisit un formidable tremblement de terre dans les Pyrénées et c'est à aujourd'hui le plus important séisme des Pyrénées françaises. L'intensité des effets de la secousse et la distance de sa propagation le positionne à une magnitude de 6,1 sur l'échelle de Richter.
La secousse est ressentie jusqu'au Poitou, où un moine de l'abbaye de Saint-Maixent, à 400 km de l'épicentre relate : « le 21 juin, sur les quatre heures du matin, arriva un grand tremblement de terre qui esmut tellement l’ancien réfectoire qui sert d’église et le dortoir qui est dessus que toutes les chambres en furent ébranlées et les lits des religieuses secoués comme si on les eut renversés… ».

Au cours de mes recherches dans le sud-ouest je trouve de temps en temps les témoignages des prêtres ou des notaires concernant ce phénomène, en fait je jette toujours un oeil dans les registres que je consulte à cette date...
Ainsi le curé de Cordes dans le Tarn note :


AD81 - Saint-Michel de Cordes - baptêmes 1656-1692


Mais cet évènement eut aussi d'autres répercussions. Revenant de leur mariage célébré quelques jours plus tôt le 9 juin à Saint-Jean-de-Luz, Louis XIV et Marie Thérèse d’Autriche ressentent fortement le séisme à Captieux en Gironde. Il est relaté par Mademoiselle de Montpensier, qui les accompagne, dans ses mémoires : "J'entendis un fort grand bruit et à même temps heurter à ma porte, comme si la maison eût tombée ; ce bouleversement et ce bruit tout ensemble m'éveilla, j'ouvris la porte, et mon chirurgien qui y étoit me cria: « Sauvez-vous! la maison tombe. »

Plusieurs documents de cette époque signalent des rumeurs négatives à la suite du séisme qui survient seulement deux semaines après le mariage royal. Dieu manifeste publiquement sa désapprobation envers Louis XIV jeune monarque et jeune marié. A cette époque ces signes représentent toujours un danger pour la monarchie car d'une part le peuple est très sensible à ces phénomènes naturels, mais aussi parce que les adversaires du roi pourront les exploiter à bon escient.
Le chirurgien Guy Patin grand épistolier de l'époque termine sa relation de l'évènement en ces termes : "a signis caeli nolite metuere (ne craignez pas les signes du ciel), je suis de l'avis du Saint-Esprit". Pour ce dernier comme pour la majorité de la population, il existe toujours un lien entre une secousse, une épidémie et des impôts.
Vingt ans plus tard le tremblement de terre est encore présent dans les esprits : "Peut-estre vous souviendrez vous de celuy que l'on sentit à S. Jean de Luz quand le Roy se maria., (Mercure Galant, mai 1682)"

Isoséistes du séisme du 21 juin 1660 - Sisfrance (BRGM)

 Dans les Pyrénées, la terre continua à trembler par intermittence durant trois semaines.

Sources : « Les séismes dans les Pyrénées » - Annie Souriau & Matthieu Sylvander - Edition Loubatières - "Les tremblements de terre aux XVIIe et XVIIIe siècles: la naissance d'un risque" Grégory Quenet - "L'invention de la catastrophe au XVIIIe siècle" Colloque janvier 2005

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire