Pages

samedi 18 avril 2015

MON HISTOIRE SANS FIN

Il y a plus de 30 ans que la généalogie fait partie de mon quotidien, serait-elle devenue une addiction ?
Souvent en vacances chez ma grand-tante, elle me laissait toujours feuilleter les albums de photos de famille qu'elle avait précieusement conservés, étant une des dernières dépositaires de mon histoire familiale maternelle après le décès de sa sœur cadette, ma grand-mère, à la naissance de ma mère. Cette année là j'ai eu la curiosité de lui demander l'identité des personnes figurant dans les albums et j'ai enfin pu mettre un visage sur tous ces personnages dont j'avais entendu parler et que j'avais quelquefois rencontré mais que je n'arrivais pas à relier les uns aux autres.
C'est la photo de mariage de mes grands-parents en 1939 qui a été le déclic. Je découvrais ma grand-mère pour moi inconnue et cette nombreuse famille maternelle que je connaissais vaguement.
Par chance ma grand-tante vivait dans sa commune de naissance et le service d'état civil de la mairie fut le lieu qu'elle m'indiqua quand elle eut du mal à répondre à mes questions car ses souvenirs la trahissaient.


Le virus a été immédiat et les recherches ont débuté. L'arrivée de l'informatique a accéléré mes trouvailles et après avoir ajouté ma branche paternelle à mes recherches, j'ai à la naissance de mes enfants, ajouté leur branche paternelle.
Impossible de dire réellement où j'en suis car ces branches sont extrêmement différentes,  certains de mes ascendants se sont beaucoup "baladés" et ne m'ont pas facilité la tâche. J'ai conservé la méthode papier de mes débuts alliée à la méthode informatique, et il me serait difficile de travailler autrement.
Mais ce qui au début n'a été qu'un loisir est devenu plus que ça : j'ai rencontré des gens formidables, animé des ateliers de généalogie, me suis remis au latin et à l'allemand, suivi des cours de paléographie, débuté le portugais, considérablement amélioré mes connaissances en géographie, fait de l'entraide et de la traduction pendant une dizaine d'années, repris des études d'histoire, contaminé mes proches, pris des "vacances généalogiques" afin d'allier l'utile à l'agréable, collectionné les cartes de lecteur d'une vingtaine d'archives départementales, et sûrement beaucoup d'autres choses.... et finalement créé mon blog.

4 commentaires:

  1. Très belle photo de famille, votre grand'tante s'y trouve t-elle ? et tous ces petits, certains doivent encore être vivants ?

    selma cayol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma grand-tante se trouve juste derrière la mariée, et effectivement certains sont encore en vie et bientôt arrière-grands-parents.

      Supprimer
  2. Bonsoir Marino,
    je me retrouve beaucoup dans ton article. C'est aussi ma grand'tante Badie qui m'a donné le virus quand j'étais adolescent, et je n'ai toujours pas trouvé le remède, il faut continuer, encore et encore ;-)
    Bonne continuation

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Benoit,une fois le virus attrapé il est impossible de s'en débarrasser.

      Supprimer