Pages

vendredi 3 juin 2016

C comme COUPEAU

Né en 1824 à Paris, fils de maman Coupeau, ouvrier zingueur surnommé Cadet-Cassis par ses camarades, il rencontre et épouse en 1852 Gervaise Macquart qui vient d'être abandonné avec ses fils par son amant Lantier. 
Honnête et travailleur, il chute d'un toit 4 ans après leur mariage et la naissance leur fille Anna dite Nana. Après l'accident, il reste sobre en souvenir de son père qui était alcoolique. Mais l'injustice qu'il ressent, son dégoût envers le travail et la peur de remonter sur les toits le font sombrer dans l'ivrognerie et la paresse. Il commence à boire en travaillant, puis connait ses premières ivresses pour enfin ne plus travailler. Il entraîne avec lui sa famille dans l'anéantissement. Malade il se soigne à l'eau de vie. De délires passagers à de nombreuses hallucinations, il devient la proie de crises de delirium tremens et meurt en 1868 à l'âge de 44 ans à l'hôpital Sainte-Anne où il fut plusieurs fois interné.
Les notes préparatoires sont tirées du traité "De l'alcoolisme, des diverses formes du délire alcoolique et de leur traitement" du docteur Magnan et décrivent les différentes étapes de la maladie jusqu'au stade ultime : le delirium tremens. Émile Zola s'en inspire de façon détaillée afin de décrire la déchéance de Coupeau.

COUPEAU Illustration : André Gill

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire