Pages

vendredi 10 juin 2016

G comme GENEALOGIE

Dans ses notes préparatoires, Émile Zola ajoute "Je me décide à joindre à ce volume l'arbre généalogique des Rougon-Macquart, deux raisons me déterminent...". Cette note sera insérée à la fin d'Une page d'amour, en 1878, soit après la parution de huit volumes et accompagnée de l'arbre généalogique.
Tout d'abord, l'auteur note qu'un grand nombre de lecteurs ont demandé cet arbre afin de se retrouver dans la descendance d'Adélaïde Fouque.
Mais avant tout, Zola semble craindre que l'on ne l'accuse de relater la vie de cette famille en "fabriquant" un arbre au fur et à mesure de son écriture. Cet arbre est la réponse de l'auteur à ceux qui "l'accusent de courir après l'actualité et le scandale".
Avant même de rédiger la Fortune des Rougon, Zola avait dressé en 1868 et 1869 un arbre généalogique de ses personnages. Modifié en 1878, puis en 1889, l'arbre est publié sous sa version définitive en 1893, lors de la parution du Docteur Pascal. Chaque membre de la famille possède une case composée de trois parties : un résumé chronologique de sa vie, ses tendances héréditaires et enfin son métier.


Arbre généalogique des Rougon-Macquart annoté
Émile Zola, 1892.
Imprimé avec corrections autographes, 184 x 223 mm
BnF, Manuscrits, NAF 10290, f. 172

Il existe un autre arbre corrigé, conservé dans les dossiers de La Bête humaine (BNF, Manuscrits, NAF 10274, f. 581). Cet arbre se trouve dans les dossiers préparatoires du Docteur Pascal.

1 commentaire:

  1. Je connais cet arbre, nos challenges vont se croiser en fin de mois ....

    RépondreSupprimer