Pages

jeudi 1 juin 2017

A comme l'AUMONIERE ET SES CONSOEURS

L’aumônière est à l'origine la bourse des nonnes et des moines. Elle contient un mouchoir, un chapelet, un livre de prières et de l'argent. Elle se popularise et fixée à la ceinture des vêtements masculins et féminins, elle permet alors de transporter les objets d'usage courant tels que peignes, ciseaux, miroirs... Elle renferme toujours de l'argent d'où le terme aumônière puisque les XIIIe et XIVe siècles sont les époques pendant lesquelles les pauvres demandent ouvertement l'aumône dans les rues.

Aumonières - musée de Londres

L'escarcelle est en vogue jusqu'au XVIe siècle. C'est une grande bourse portée elle aussi à la ceinture et qui doit son nom à l'italien "escars" qui signifie avare, devenu ensuite "scarco" puis "scarsella".
L'escarcelle ne possède pas de liens à coulisse, mais les deux parties de son ouverture,  la poche externe et la poche interne, sont obturées par un rabat souple cousu en haut à une plaque et suspendues à une monture.

Monture d'escarcelle


La bougette désigne un petit sac de cuir pour y mettre son argent pendant les voyages. Ce sac pouvait être aussi une grande bourse de forme arrondie, fermée par des cordons coulissés et qui contenait des effets personnels.  Pendant la guerre de Cent Ans, les britanniques ont rapporté la bougette dans leur pays, et ont transformé ce mot qui nous est revenu dans notre vocabulaire sous le terme budget.

A la fin du XVIIIe siècle, la mode est aux robes plus ajustées. Auparavant les robes avaient suffisamment de plis pour y cacher un sac ou une pochette. Le réticule, petit sac rond ou carré, réalisé en tapisserie, au crochet ou au tricot fait son apparition. Certains réticules possèdent des poignées permettant de les porter à la main, d'autres ont  des crochets afin de les fixer à la ceinture.
La balantine à la même époque est un petit sac que les merveilleuses portent à la ceinture et qui est ballant sur leur genoux comme la sabretache des Hussards.


Merveilleuse et son réticule
Balantine

Dans les années 1920, la mode est aux petits sacs peu encombrants et qui tiennent dans le creux de la main. La minaudière devient alors l'accessoire féminin avec la vague des cosmétiques.



Minaudière vers 1920
Intérieur




4 commentaires:

  1. Merci pour cet article très intéressant et bien documenté !

    RépondreSupprimer
  2. magnifique ça change et les photos sont belles bravo j'adore
    selma cayol

    RépondreSupprimer
  3. On apprend beaucoup en parcourant cet article. je suis impatient de lire les suivants.

    RépondreSupprimer
  4. Merci à vous pour vos commentaires.

    RépondreSupprimer