Pages

vendredi 2 juin 2017

B comme BIJOUX

Bien loin de la noblesse et de la bourgeoisie, nos ancêtres paysans possédaient peu ou pas de bijoux jusqu'au XIXe siècle. Ces derniers étaient modestes souvent de peu de valeur, en laiton, en or laminé, ou en argent.
Le bijou le plus courant est la croix. La croix régionale était portée généralement pour montrer sa foi et son appartenance à sa communauté. Un nombre impressionnant de croix a existé dans certaines régions.  La Croix Jeannette, croix simple de  forme latine, était la plus répandue dès le XVIIIe siècle, fabriquée très souvent à Paris ou à Lyon, elle était adoptée un peu partout où on ne trouvait pas de croix spécifiques à la région.

A partir du XIXe siècle la plupart des bijoux étaient des bijoux de circonstance, offerts lors des évènements familiaux. Médaille de baptême ou broche pour fixer le bavoir ; bague de foi ou bague de roulier souvent en laiton à l'occasion des fiançailles ; anneau d'alliance pour les noces ; bijoux de deuil dont la bague de deuil ou de souvenir était quelquefois faite en cheveux tressés.

Si  certaines régions comme la Normandie, l'Alsace ou la Provence étaient riches en bijoux, les autres régions nous proposent des bijoux plus particuliers.
Les bretonnes portaient fixées sur leur corsage des épingles de pardon qu'elles achetaient  aux marchands ambulants lors des Pardons bretons. Outre son aspect esthétique, l'épingle de pardon est avant tout un porte-bonheur.
Les pendants d'oreilles "Milanos" ou "Monstrueuses" étaient portés par les femmes de matelots de la région de Calais. Ces dernières affirmaient leur appartenance à cette communauté en portant ces pendants.
Un des bijoux typiques de la région Poitou-Charente et Vendée est le "crochet de châtelaine à ciseaux", presque toujours en argent, la châtelaine servant à suspendre les instruments de couture.  
En Savoie, les créoles ont été importées du Second Empire après l'annexion à la France et ont séduit les savoyardes qui se les voyaient offertes par leur futur époux.



Sans oublier les épingles de coiffes et les épingles de nattes, les peignes à cheveux, les agrafes de cape, les fermoirs, les fibules... qui font aussi partie des parures que portaient nos ancêtres.



2 commentaires: