Pages

lundi 5 juin 2017

D comme DENTELLE et COIFFES

Sous l'Ancien Régime, les costumes régionaux des jours de fête sont assez simples. Avec la révolution industrielle et la mécanisation, les habitudes vestimentaires évoluent et les femmes soignent de plus en plus leur costume, leur coquetterie se portant essentiellement sur les coiffes.
Jusqu’alors, elles portaient souvent de simples bonnets. Ce sont généralement des petites dentelles ordinaires que l'on retrouve au bord des coiffes mais certaines vont prendre de l'ampleur en s'agrémentant d'une profusion plus ou moins importante de dentelle selon les régions.

Il est difficile de recenser toutes ces coiffes tant elles sont nombreuses, en Bretagne il y a un peu plus de 1.200 coiffes différentes ou plutôt variantes locales. Les plus riches comportent de belles dentelles au fuseaux : dentelles de Malines, de Valenciennes,du Puy, de Binche... Les coiffes les plus courantes sont bordées de "fausses" dentelles imitant les dentelles aux fuseaux.

En Provence, les bastidanes sont bordées de dentelle facile à tuyauter. Comme elles sont souvent étroites à cause de leur prix, elles sont élargies par un bande de mousseline.
En Anjou, la dentelle de la coiffe du Pont-de-Cé entoure le visage très largement et peut être portée rabattue sur le front.
En Touraine, les coiffes comportent dentelles et broderies. Les fonds de bonnet sont faits en dentelle à l'aiguille et la broderie de Touraine qui apparait vers 1870 comporte une grosse fleur avec des incrustations de dentelle de Valenciennes qui remplissent le cœur des fleurs.
Le pourtour des coiffes à armatures de Normandie est orné de dentelle, presque uniquement de Valenciennes. Ces dentelles étaient différentes selon leur localisation ainsi que leur façon d'être cousues et leur largeur.
Les matelotes de la Côte d'Opale portaient le "soleil", une auréole de dentelles et de tulles portée sur un bonnet de dentelles de Calais ou de broderie anglaise.

Bastidane


Coiffes angevines du Pont-de-Cé
Matelote de Calais avec un soleil


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire