Pages

mercredi 14 juin 2017

L comme LESSIVE : Purgatoire, Enfer et Paradis

"Faire la buée", l'expression à l'origine des mots buanderie et buerie, signifiait bien avant l'arrivée des lessiveuses faire la lessive. 
La lessive du gros linge ou "grande buée" s'effectuait une ou deux fois par an selon un déroulement bien établi, ces grandes lessives s'effectuant principalement au printemps vers Pâques et à l'automne quand il y a peu de travaux aux champs. Elle se déroulait, selon le volume de linge, sur quatre à sept jours.
Commençons par le "Purgatoire". Une fois le linge trié, la lessive débutait par le trempage (ou essangeage, échangeage, essoinguage...) à l'eau froide destiné à décrasser sommairement le linge, le prélavage en quelque sorte.
Venait ensuite "l'Enfer", c'est à dire le lessivage proprement dit appelé le coulage. Le linge empilé dans un cuvier, est recouvert d'un grosse toile sur laquelle est étalée une couche de cendre de bois, on verse ensuite sur le tout de l'eau bouillante. Cette opération est renouvelée plusieurs fois et le linge est remué.
Finissons par le "Paradis". Le linge une fois sorti du cuvier et refroidi, est alors transporté à la rivière ou au lavoir où les femmes procèdent alors au savonnage, au battage ou dégorgeage et au rinçage. Puis l'essorage à la main et éventuellement l'azurage afin de rendre le linge plus blanc. L'opération se terminait par le séchage à l'air libre sur l'herbe ou sur une corde, ou bien devant le feu.
Le linge de corps et les vêtements de travail étaient lavés beaucoup plus souvent, environ toutes les deux ou trois semaines. C'était souvent un simple trempage sans savon.


Une lessive à Metzeral - 1889 - Frédéric Théodore Lix - Source : Gallica

La "grande buée" était un événement important de la vie communautaire qui rassemblait toutes les femmes et donnait lieu à une fête où chacune s’entraidait. Devant un tel fonctionnement, on comprend aisément aujourd'hui pourquoi les trousseaux de l’époque étaient aussi volumineux.
Au début du XXe siècle, le mode de lavage traditionnel disparait peu à peu avec l'utilisation de la lessiveuse elle-même remplacée par la machine à laver le linge.

Lessiveuse française Viville - 1897 (Sources : Gallica)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire