A : l'ABJURATION d'ÉLISABETH

Le 3 décembre 1680 à Ornex dans le pays de GexElisabeth Chevalier abjure la R.P.R pour la C.A.St.R. En clair la Religion Prétendument Réformée pour la Sainte Eglise Catholique Apostolique et Romaine !
Elle convertit avec elle ses enfants Gasparde 15 ans, André 12 ans qui abjurent d'eux-mêmes, Jacquine 9 ans, Françoise 7 ans, et Jean-Jacques 9 mois.
Pourquoi Elisabeth alors mariée à un catholique décide-t-elle près de 20 ans après son mariage d'abjurer ?
Elisabeth nait en 1642  au sein d'une famille protestante et reçoit le baptême dans le temple de Genthod en Suisse. La plupart des familles de la paroisse d'Ornex prêchent alors la religion réformée et particulièrement les membres de la famille Chevalier qui en sont d'ardent défenseurs.
Contrairement aux Chevalier, la famille de son époux Henry Brochut fut au XVIIe siècle une des premières à se "reconvertir" au catholicisme. En effet avant leur période protestante, les Brochut furent d'ardents catholiques puisqu'en 1468 Johannez Brochut était alors curé de Gex et doyen d'Aubonne. 

L'histoire du pays de Gex est intimement liée à celle de la religion. En 1536, le culte catholique est supprimé dans le pays de Gex, les églises sont transformées en temples protestants et les curés sont priés de partir. En 1601, le pays de Gex est rattaché au royaume de France, le culte catholique est rétabli et en 1641 s'installe à Ornex, sous l'impulsion du curé de l'époque bien décidé à en finir avec la R.P.R, la Mission Jésuite dont le rôle est avant tout de reconquérir le pays.

L'union d'Henry Brochut et d'Elisabeth Chevalier est avant tout un mariage mixte. A l'époque beaucoup d'évêques voyaient dans ce type d'union une solution pour ramener les protestants à la religion catholique. De 1675 à 1685, le champ d'application de l'édit de Nantes se restreint : restrictions apportées à la célébration du culte, interdiction des mariages mixtes, démolition de temples... tout est mis en œuvre pour décourager les protestants dans leur vie religieuse mais aussi quotidienne. Ils deviennent des sujets de second ordre.
En 1680 nous sommes à l'aube de la révocation de l'édit de Nantes, et trois solutions s'imposent à Elisabeth : abjurer, résister ou fuir. Mère de cinq enfants son choix sera celui de la raison.

Abjuration d'Elisabeth Chevalier
AD de l'Ain  







Commentaires

  1. Que de vies bouleversées par ces persécutions religieuses... J'ai bien un converti en Alsace mais malheureusement je n'ai pas trouvé son abjuration.

    RépondreSupprimer
  2. Ayant également des ancêtres convertis, je reconnais bien la difficulté de le recherche.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire