M : la MISSION de JOSÉPHINE

Il y a peu je ne connaissais rien de la vie de Joséphine. Je découvre son existence durant le confinement et le challenge une vie en 30 questions. C'est en feuilletant la monographie communale du village d'origine de ma lignée paternelle que je découvre ceci :

Les noms des sœurs nées à Orschwiller. 
II : Sœurs des missions de l'Immaculée Conception de Castres.

Die Ortsgeschichte von Orschwiller
Pfarrer Wendelin Meyblum - 1934

Malheureusement les registres de Dakar s'arrêtent en 1917 sur le site des ANOM, il ne me sera donc  pas possible de trouver qui était sœur Adolphe.
Six mois plus tard c'est le #challenge AZ et je tente ma chance à nouveau sur le net en cherchant sœur Adolphe Hum. Et là miracle (c'est le cas de le dire), la congrégation de l'Immaculée Conception de Castres vient de mettre en ligne les fiches de ses religieuses-missionnaires mais aussi bien d'autres documents. Une vraie mine d'informations ! 
Je découvre donc la fiche établie lors du décès de Joséphine, ainsi que  son identité civile et surtout sa photo ! Adolphe se prénomme Joséphine et est une sœur bleue de Castres.
Cousine germaine de mon grand-père, Joséphine Hum est née le 31 décembre 1882 à Orschwiller en Alsace. Elle est l'aînée des neuf enfants de Jacques Hum et de Joséphine Berger.
Elle "monta" au noviciat et accomplit sa profession temporaire le 24 août 1913 à Castres, elle embarque ensuite pour le Sénégal le 20 octobre 1913 chapeautée par sœur Saint-Denis Carrère afin de se consacrer à l'instruction et à l'éducation chrétienne de la jeunesse, des orphelins et des malades, aux soins des paroisses et aux missions. Après quatre années à Dakar, elle effectue le 10 avril 1917 sa profession perpétuelle. Elle y décède à l'âge de 35 ans sans avoir revu sa famille.



Voici le courrier adressé par Mère Théodosie Supérieure Générale de la Congrégation :

"Castres, 21 novembre 1918

Mes très chères mères et sœurs,
Nous recevons les touchants et édifiants détails du saint trépas de nos chères et vaillantes missionnaires et nous allons les mettre aussitôt sous vos yeux laissant surtout parler l’organe religieux du Sénégal et la bonne Mère Saint Jérôme dont le cœur est brisé par ce double deuil si inattendu.

C’est, pour ainsi dire, en quelques heures, que notre chère sœur Adolphe Hum a été terrassée par la fièvre. Elle a aussitôt perdu connaissance, le jour même de Sainte Thérèse. Le Père accouru au premier signal, ne fut pas reconnu. Il donna une absolution à la chère mourante qui avait essayé de se lever, le matin même pour faire la Sainte Communion et fêter la patronne du Carmel, mais ses forces l’avaient trahie. Le docteur appelé essaya de tous les remèdes en usage en pareil cas, mais il ne parvint pas à calmer l’excitation causée par l’accès de fièvre. Le Père profita néanmoins, de quelques minutes d’un calme relatif, pour administrer l’extrême onction. La jeune victime s’éteignit à 16 heures, laissant la communauté atterrée par une fin si prompte.

Voici ce qu’en écrit le "Bulletin religieux" de la Sénégambie : "Une jeune religieuse de l’Immaculée Conception, sœur Adolphe, arrivée à Dakar en 1913, a succombé en peu de temps. Née en Alsace, elle n’avait plus reçu, depuis la déclaration de la guerre aucune nouvelle de sa famille, et elle attendait impatiemment le retour de nos soldats en vieille terre française pour écrire à ses parents. Le bon Dieu l’a privée de cette joie ici bas, ou plutôt l’a placée plus haut pour mieux contempler l’entrée triomphale en Alsace de nos armées victorieuses. Chargée des bambinettes, sœur Adolphe était adorée de son petit monde gagné par la bonté toute maternelle que révélait son gracieux et souriant visage."

Soeur Théodosie"

Commentaires

Publier un commentaire