Pages

vendredi 10 juin 2016

H comme HEREDITE

Outre le fait d'étudier une famille sur cinq générations, Émile Zola avait surtout la volonté d'observer les effets de l'hérédité sur cette famille, d'en faire une étude scientifique. Cette notion d'hérédité est introduite sous l'influence du "Traité philosophique et physiologique de l'hérédité naturelle" de Prosper Lucas. A partir de la "névrose originelle", c'est à dire de l'aïeule de tous les personnages de l’œuvre, Adélaïde Fouque, chaque roman observe, par le jeu des alliances les différentes formes de transmission de cette névrose, les traits héréditaires.
Zola s'est inspiré des travaux du docteur C. Bernard sur l'hérédité chez qui il va emprunter les termes d'élection (ressemblance exclusive à l'un des deux parents), de mélange (fusion des traits des deux parents, dissémination pêle-mêle ou soudure côte à côte) et d'innéité (sans traits héréditaires).
Dans les notes, il s'interroge longuement par écrit et dresse une liste de toutes les combinaisons d'hérédité qui peuvent survenir.
"Physiologiquement, ils sont la lente succession des accidents nerveux et sanguins qui se déclarent dans une race, à la suite d’une première lésion organique, et qui déterminent, selon les milieux, chez chacun des individus de cette race, les sentiments, les désirs, les passions, toutes les manifestations humaines, naturelles et instinctives, dont les produits prennent les noms convenus de vertus et de vice."

Répartition des influences héréditaires pour chaque personnage (une couleur est attribuée à chaque famille)

2 commentaires:

  1. Je continue a lire vos billets avec beaucoup d'interet, ainsi que des articles de Wikipedia pour me documenter sur les sources que vous presentez. Annick H.

    RépondreSupprimer
  2. Merci, j'espère que la suite vous intéressera tout autant.

    RépondreSupprimer